Les incontournables

Les Editions Karthala présentent la sélection des Incontournables, les ouvrages de référence.

Voir tous les incontournables

Maison d'édition Karthala

La maison d'édition Karthala a été fondée en mai 1980, à Paris, avec pour objectif la publication et la diffusion de textes sur les questions internationales en rapport avec les pays du Sud. Vingt ans après les indépendances des années 1950 et 1960, le besoin se faisait sentir de nouvelles approches politiques de ce que l'on appelait alors le "Tiers monde", et en particulier de l'Afrique.


Un article sur RFI par Sabine Cessou (31 octobre 2014) "Les éditions Karthala prennent un coup de jeune"

 


En savoir davantage

LOUVEAU Frédérique

Disponible en eBook
Un prophétisme japonais en Afrique de l'Ouest. Anthropologie religieuse de Sukyo Mahikari (Bénin, Côte d'Ivoire, Sénégal, France

35,00 € TTC

Résumé

Les « nouvelles religions » nées au Japon après la Seconde Guerre mondiale se sont exportées avec plus ou moins de succès. Sukyo Mahikari est l’une d’entre elles. Né en 1959, ce prophétisme japonais s’exporta en France dès les années 1960 avant d’essaimer sur tous les continents, notamment dans les grandes villes d’Afrique de l’Ouest au début des années 1970.

Détails

ISBN 9782811106157
Nombre de pages 504
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2012
Date de publication 18/05/2012

Editeur

Karthala

Collection

Hommes et sociétés

Zone(s) géographique(s)

Europe, Afrique

Description complète

Cahier photos de 16 pages.

Préface de Georges Balandier.

Postface de Jean-Pierre Dozon.

Les « nouvelles religions » nées au Japon après la Seconde Guerre mondiale se sont exportées en Occident avec plus ou moins de succès. Les plus connues relèvent du bouddhisme et les plus rares sont issues du shinto. Sukyo Mahikari est l’une d’entre elles. Né en 1959, ce prophétisme japonais s’exporta en France dès les années 1960 avant d’essaimer sur tous les continents, notamment dans les grandes villes d’Afrique de l’Ouest au début des années 1970. Bien qu’il se définisse lui-même 
comme un « art spirituel » et soit qualifié de « secte » par un rapport parlementaire français, Sukyo Mahikari partage la scène religieuse contemporaine à l’instar des religions historiques ou des Églises pentecôtistes. Cet ouvrage analyse les raisons de la réussite de l’implantation de Sukyo Mahikari en Afrique de l’Ouest et en Europe. Des fonctionnaires africains et français, peu sensibilisés à l’Extrême Orient, s’adonnent à un rituel de purification (okiyome) des corps et des âmes en transmettant la Lumière du Dieu Su par la paume de la main et adoptent des préceptes issus des Enseignements en vue de restaurer le paradis sur terre. Que signifie cet engagement dans un tel mouvement religieux ? Quelles pratiques suscite-t-il ? Qu’y trouvent les adeptes ? Conservent-ils leur religion ? Comment réussit-il à s’implanter localement alors qu’il est considéré comme une « secte » ? L’auteure a mené une étude anthropologique au cours de laquelle elle a partagé le quotidien des yokoshi, les initiés de Sukyo Mahikari, pendant plusieurs années. Elle met en lumière à la fois les conditions socio-historiques de production de ce mouvement religieux au Japon et les conditions de réussite de son importation en contexte africain, la manière dont les adeptes élaborent des logiques symboliques pour s’initier et l’instrumentalisation des pratiques religieuses pour un recours thérapeutique. Enfin, Sukyo Mahikari travaille à la gestion d’un « mieux être » en société qui passe par la purification des espaces publics, l’éducation des jeunes pour le développement de l’Afrique, mais aussi par des pratiques environnementales visant la restauration de la Nature. Première étude de l’implantation de Sukyo Mahikari en Afrique, cet ouvrage contribue à la réflexion sur la globalisation religieuse à travers l’analyse des articulations entre le global et le local élaborées au sein d’un mouvement religieux dans un contexte d’exportation où les adeptes instrumentalisent localement le dispositif liturgique pour obtenir des bienfaits ici-et-maintenant sans en modifier la structure globale. Frédérique Louveau est anthropologue, docteure de l’EHESS, associée au Centre d’études africaines (UMR194-EHESS-IRD) à Paris. Ses travaux sont consacrés à une anthropologie des « nouveaux mouvements religieux » en Afrique de l’Ouest et en Europe. Elle poursuit des recherches sur les implications des mouvements religieux dans la gestion de l’environnement et sur les articulations entre le global et le local.

Les « nouvelles religions » nées au Japon après la Seconde Guerre mondiale se sont exportées en Occident avec plus ou moins de succès. Les plus connues relèvent du bouddhisme et les plus rares sont issues du shinto. Sukyo Mahikari est l’une d’entre elles. Né en 1959, ce prophétisme japonais s’exporta en France dès les années 1960 avant d’essaimer sur tous les continents, notamment dans les grandes villes d’Afrique de l’Ouest au début des années 1970. Bien qu’il se définisse lui-même comme un « art spirituel » et soit qualifié de « secte » par un rapport parlementaire français, Sukyo Mahikari partage la scène religieuse contemporaine à l’instar des religions historiques ou des Églises pentecôtistes.

Cet ouvrage analyse les raisons de la réussite de l’implantation de Sukyo Mahikari en Afrique de l’Ouest et en Europe. Des fonctionnaires africains et français, peu sensibilisés à l’Extrême Orient, s’adonnent à un rituel de purification (okiyome) des corps et des âmes en transmettant la Lumière du Dieu Su par la paume de la main et adoptent des préceptes issus des Enseignements en vue de restaurer le paradis sur terre. Que signifie cet engagement dans un tel mouvement religieux ? Quelles pratiques suscite-t-il ? Qu’y trouvent les adeptes ? Conservent-ils leur religion ? Comment réussit-il à s’implanter localement alors qu’il est considéré comme une « secte » ?

L’auteure a mené une étude anthropologique au cours de laquelle elle a partagé le quotidien des yokoshi, les initiés de Sukyo Mahikari, pendant plusieurs années. Elle met en lumière à la fois les conditions socio-historiques de production de ce mouvement religieux au Japon et les conditions de réussite de son importation en contexte africain, la manière dont les adeptes élaborent des logiques symboliques pour s’initier et l’instrumentalisation des pratiques religieuses pour un recours thérapeutique. Enfin, Sukyo Mahikari travaille à la gestion d’un « mieux être » en société qui passe par la purification des espaces publics, l’éducation des jeunes pour le développement de l’Afrique, mais aussi par des pratiques environnementales visant la restauration de la Nature.

Première étude de l’implantation de Sukyo Mahikari en Afrique, cet ouvrage contribue à la réflexion sur la globalisation religieuse à travers l’analyse des articulations entre le global et le local élaborées au sein d’un mouvement religieux dans un contexte d’exportation où les adeptes instrumentalisent localement le dispositif liturgique pour obtenir des bienfaits ici-et-maintenant sans en modifier la structure globale.

Frédérique Louveau est anthropologue, docteure de l’EHESS, associée au Centre d’études africaines (UMR194-EHESS-IRD) à Paris. Ses travaux sont consacrés à une anthropologie des « nouveaux mouvements religieux » en Afrique de l’Ouest et en Europe. Elle poursuit des recherches sur les implications des mouvements religieux dans la gestion de l’environnement et sur les articulations entre le global et le local.

Ils en ont parlé

Une interview de l'auteur par Elikia M'bokolo dans l'émission Mémoires d'un continent sur RFI

A découvrir également...

Etat, religion et répression en Asie -Chine, Corée, Japon, Vietnam (XIII-XXI ième siècles)

BROTONS Arnaud, BRUNETON Yannick et KOUAME Nathalie

Etat, religion et répression en Asie. Chine, Corée, Japon, Vietnam (XIII-XXIe siècles)

Cet ouvrage proposent une série d’analyses qui illustre comment, à travers l’histoire de quatre pays d’Asie orientale les instances politiques ont fait usage de la violence en fonction de quatre conceptions...

29,00 €

Plus de détail

POLITIQUE AFRICAINE N-123. Pluralisation religieuse entre éclatement et concurrence

LASSEUR Maud et MAYRARGUE Cédric (dossier coordonné par)

POLITIQUE AFRICAINE N-123. Pluralisation religieuse entre éclatement et concurrence

Dossier coordonné par Maud Lasseur et Cédric Mayrargue, avec les contributions de J.D.Y. Peel, Mathilde Gingembre, Frédérique Louveau et Marie Miran-Guyon.

15,10 €

Plus de détail

Les clefs de la crise ivoirienne

DOZON Jean-Pierre

Les clefs de la crise ivoirienne

Comment la Côte d'Ivoire, longtemps considérée comme un pays africain d'exception, par sa stabilité politique, sa croissance économique et son apparente capacité à intégrer une nombreuse...

16,00 €

Plus de détail

  • annee_oeuvre 2012
  • auteur_nom_oeuvre LOUVEAU
  • auteur_prenom_oeuvre Frédérique
  • code_barre_ean_oeuvre 9782811106157
  • date_application_tarif_oeuvre 2012-05-18
  • date_publication_oeuvre 2012-05-18
  • dilicom_auteur_oeuvre LOUVEAU FREDERIQUE
  • editeur_oeuvre Karthala
  • fichier_pdf_oeuvre 9782811106157.pdf
  • hauteur_oeuvre 240
  • isbn_oeuvre 9782811106157
  • largeur_oeuvre 160
  • nombre_page_oeuvre 504
  • present_dans_google_book_oeuvre 2
  • prix_pdf_oeuvre 1
  • titre_litteraire_oeuvre Un prophétisme japonais en Afrique de l'Ouest. Anthropologie religieuse de Sukyo Mahikari (Bénin, Côte d'Ivoire, Sénégal, France)

Newsletter

Afin d'être tenu informé de notre actualité, vous pouvez vous inscrire à notre lettre de diffusion.