Togo 1990-1994 ou le droit maladroit. Chronique d’un effort de transition démocratique
search
  • Togo 1990-1994 ou le droit maladroit. Chronique d’un effort de transition démocratique

Togo 1990-1994 ou le droit maladroit. Chronique d’un effort de transition démocratique

Auteur(s) :DAVID

24,00 € TTC

Résumé :

L’auteur revient sur ces nombreux commentateurs, journalistes et citoyens de bonne foi qui ont dénoncé les dérives mais souvent en vain. Il témoigne de cette multiplication de textes juridiques s’empilant les uns sur les autres, mal ficelés, ambigus ou inopérants.

Format : Papier
Quantité
Disponible

Au Togo, trois ans et demi seulement ont séparé les premières colères populaires de 1991 contre le régime autocratique du général Eyadema, en place depuis 1967, et l’achèvement définitif, en mai 1994, d’une transition démocratique généreuse mais chaotique, maintes fois contrariée et finalement ratée. Le lecteur trouvera ici le récit scrupuleux et précis d’une période douloureuse, confuse et souvent sanglante, observée sur place et jour après jour jusqu’en septembre 1992. Témoin direct des événements, l’auteur est d’abord attentif au conditionnement juridique des évolutions politiques du pays.

Au début des années 1990 et après plusieurs autres pays africains, le Togo s’engage à son tour dans une Conférence nationale, bientôt « souveraine ». Si cette dernière est jugée brouillonne par l’auteur, elle n’en reste pas moins, à ses yeux, courageuse et finira par accoucher quand même d’une transition tout à fait possible. Il décrit comment le président Eyadema, vilipendé et refusant de participer, cacha finalement bien son jeu, en soufflant le chaud et le froid, même s’il finira par accepter l’expérience proposée. Il analyse par ailleurs le rôle de l’armée qui, inquiète de sa survie, se livra à des exactions importantes comportant son lot de séquestration, d’humiliation et de répression. Il montre aussi, comment les tout nouveaux ministres et hauts-conseillers, inexpérimentés, succombérent rapidement parfois à la facilité ou au désengagement.

L’auteur revient sur ces nombreux commentateurs, journalistes et citoyens de bonne foi qui ont dénoncé les dérives mais souvent en vain. Il témoigne de cette multiplication de textes juridiques s’empilant les uns sur les autres, mal ficelés, ambigus ou inopérants. Il constate à son tour un amenuisement progressif des chances des patriotes de la transition de voir le processus électoral et constitutionnel aboutir à une quatrième République, certes non exempte d’avancées démocratiques mais qui saura assurer la sauvegarde d’un régime autoritaire pendant de longues années encore.

Philippe David est magistrat, breveté de l’ENFOM, membre de l’Académie des Sciences d’Outre-mer et fondateur de l’association « Images et Mémoires », Coopérant et fonctionnaire international en Afrique pendant trente ans. Il était en poste au Togo pendant la période de cette transition démocratique. Il est l’auteur, aux éditions Karthala, de plusieurs ouvrages dont « Villages noirs » et visiteurs africains et malgaches en France et en Europe (1870-1940) et d’Ernest Noirot, un administrateur colonial hors normes (1851-1913).

Table des matières

Avant-propos

I. Les origines et le déclenchement

1. Le procès Dossouvi-Agbélengo. Première secousse (5 octobre 1990)

2. Le Togo sur un siècle (depuis 1884) et le Togo d’Eyadéma (depuis 1967)

3. Les avocats et la CNDH (1987-1990)

4. La montée de la crise (octobre-décembre 1990)

5. Incertitudes (janvier-février 1991)

6. La Constitution des 109

7. Forum ou Conférence ?

8. Les morts de la lagune (11 avril 1991)

9. Le FAR, le CAR et le COD (fin avril-début mai 1991)

10. Les accords du 12 juin

II. La conférence nationale « souveraine » (8 juillet-28 juillet 1991)

1. L’ouverture et la mise en place

2. La « Répubiblique » togolaise

3. Trois RPT pour un Togo

4. Échos et ambiance

5. Un évêque au présidium. Les travaux et les jours

6. L’Acte n° 1 et la souveraineté (15 juillet 1991)

7. Souveraineté sans pouvoir

8. L’Acte n° 2

9. L’Acte n° 3

10. Trois enjeux majeurs

11. Les commissions au travail, l’Acte n° 4 et la rentrée scolaire

12. Économie et Droits de l’homme

13. Monseigneur dans la tourmente et l’heure des bilans

14. L’esquisse d’une 4e République

15. L’Acte n° 7 et la suspension

16. La clôture et le legs législatif

III. La transition démocratique (septembre 1991-août 1993)

1. Une transition, comment et pour quoi faire ?

2. Le HCR et le 1er gouvernement Koffigoh (septembre 1991)

3. Imbroglio législatif et bataille de textes

4. Le droit à la dérive ou le droit de dériver ?

5. Les FAT passent aux menaces (28 nov.-2 déc. 1991)

6. Le drame du 3 décembre

7. La France mise en question

8. Critiques en chaîne et détente de Noël (décembre 1991)

9. Le « GUNT », 2e gouvernement Koffigoh (30 décembre 1991) et le « Nouveau Contrat social »

10. La course aux élections (janvier-avril 1992), l’Acte n° 7 (Constitution provisoire) et l’article 61

11. Les élections espérées (janvier-juillet 1992)

12. L’attentat de Soudou (5 mai 1992)

13. Une Constitution à l’arraché (juin-juillet 1992)

14. Course aux élections et violences en chaîne (juillet 1992)

15. La commission paritaire (juillet-août) et la Constitution retouchée

16. Nouvelle prorogation (août-décembre 1992) et le 3e gouvernement Koffigoh (14 septembre 1992)

17. Le référendum du 27 septembre 1992 et la 4e République

18. Le HCR pris en otage (22-23 octobre 1992)

19. Nouvelle épreuve de force ? (octobre-décembre 1992)

20. Les fusillades de janvier 1993, grève générale et exode. La France se fâche

21. Massacre au camp du RIT (25 mars 1993)

22. Le coup de grâce et la 4e République récupérée (août 1993-mai 1994)

23. Requiem pour un bilan (octobre 1990-mai 1994)

Annexes

Sources

Bibliographie

 

0

Fiche technique

ISBN
9782811112776
Date de parution
2015-04-27
Nombre de pages
372
Largeur
160 mm
Hauteur
240 mm
Editeur
Karthala

Thématique(s)

Politique

Zone(s) géographique(s)

Afrique

Vous aimerez aussi