• Nouveau
Colonialité. Plaidoyer pour la précision d’un concept
search
  • Colonialité. Plaidoyer pour la précision d’un concept
  • Colonialité. Plaidoyer pour la précision d’un concept

Colonialité. Plaidoyer pour la précision d’un concept

Auteur(s) :Michel CAHEN

24,00 € TTC

Résumé :

La colonialité est un concept fondamental dans les approches postcoloniales et décoloniale. Les colonialités du savoir, de la nature, de l’être, sont désormais plus étudiées et dénoncées que la colonialité du pouvoir dont découle pourtant tous les autres aspects de la colonialité. Contre le décolonial idéaliste, Michel Cahen prône un décolonial matérialiste.

Format : Papier
Quantité
Disponible

La colonialité fut et est un phénomène mondial, lié à l’expansion du système-monde capitaliste moderne depuis le xve siècle. Elle n’est pas uniforme puisque liée aux historicités de chaque territoire, imposant néanmoins des rapports sociaux de type colonial indépendamment du statut du territoire concerné. La colonialité est un concept fondamental dans les approches postcoloniales et décoloniales et de sa définition découlent celles d’autres concepts liés : post-colonial et postcolonial, décolonial, décolonialité, subalternité, universalisme, pluriversalisme, « sud global »...

Les colonialités du savoir, de la nature, de l’être, sont désormais plus étudiées et dénoncées que la colonialité du pouvoir dont découlent pourtant tous les autres aspects de la colonialité. Ce tournant épistémique donne au décolonial une forte orientation idéaliste : c’est de la « déprise » mentale avec l’« Occident » et la « Modernité » que viendrait l’émancipation des subalternes. Or, jamais les mouvements sociaux réels ne séparent ainsi l’ontologie de la vie socio-économique. Ce décolonial, de fait idéaliste, réifie l’« Occident » et la « Modernité » en un orientalisme à rebours, survalorise considérablement l’expérience hispano-américaine sans accorder d’importance à l’expansion portugaise vers l’Asie, tout aussi productrice de système-monde et plus rentable, au départ, que l’Amérique.

Ce latino centrisme s’écarte, chez nombre d’auteurs, de la critique du capitalisme globalisé et pointe l’« Occident », sans jamais le définir précisément, comme l’ennemi. Il dessine un « campisme anti-occidental » qui met souvent ces auteurs en fâcheux voisinage, comme l’ont montré des prises de positions bienveillantes, envers la Russie dans sa guerre de conquête de l’Ukraine. Contre le décolonial idéaliste, Michel Cahen prône un décolonial matérialiste et ne « jette pas le bébé avec l’eau du bain ».

Michel Cahen, directeur de recherche émérite du CNRS au centre de recherche « les Afriques dans le monde » de Sciences Po Bordeaux, est historien de la colonisation portugaise et analyste politique des actuels Pays africains de langue officielle portugaise.

Fiche technique

ISBN
9782384091676
Date de parution
2024-05-23
Nombre de pages
232
Largeur
100 mm
Hauteur
200 mm

Thématique(s)

Histoire, Questions sociales

Collection

Disputatio

Vous aimerez aussi